A quelle vitesse roulait le train express 1115

 

La vitesse limite d’un train dépend de plusieurs facteurs.

Le mécanicien doit appliquer la plus basse des vitesses limites résultant de l’application des quatre principaux facteurs déterminants suivants :

 

1 - La catégorie du train :

Le train express 1115 était un train de voyageurs appartenant à la catégorie des trains appelés « Rapides Express (1) » telle qu’elle était définie dans l’Instruction sur la Composition des Trains (ICT) de 1947. La vitesse limite de ces trains était fixée à 120 Km/h (2).

 

2 - La composition du train :

Les voitures à voyageurs composant ce train étaient des voitures à bogies du type OCEM à faces lisses aptes en principe à circuler à la vitesse de 120 Km/h. L’allège postale et le fourgon de messageries à essieux, étaient également autorisés à circuler à cette vitesse.

 

Le bulletin de composition remis au mécanicien avant le départ, l’informait sur l’aptitude de son train à observer la vitesse des « Rapides Express » ou exceptionnellement, si la composition ou le freinage n’était pas conforme, la vitesse d’une catégorie inférieure.

 

3 - La vitesse limite imposée par la locomotive :

La 141 F 95 était une locomotive limitée à 105 Km/h.

 

4 - La vitesse limite de la catégorie du train pour la section de ligne considérée :

Les Renseignements Techniques (3) fixent pour chaque ligne, les vitesses limites des différentes catégories de trains aptes à y circuler.

En 1957, les Renseignements Techniques de la section de ligne « Alès – Nîmes », fixaient à 100 Km/h, la vitesse limite des trains « Rapides Express » sur les voies 1 et 2.

 

___

 

En résumé, l’express 1115 pouvait donc rouler à 120 Km/h, si la vitesse de la voie et sa machine de remorque le permettaient, ce qui était peut-être possible entre Paris et Clermont-Ferrand, mais qui n’était jamais le cas entre Langeac et Nîmes.

 

Le train express 1115, malgré son retard de 16 minutes (4), roulait entre Alès et Nozières à la vitesse maximale de 100 Km/h. On sait par l’examen de la bande de l’appareil Flaman, que la locomotive a abordé l’aiguille donnant accès à la voie unique temporaire, à 92 Km/h.

 

G.M.

______________________

 

(1) : On disait aussi « R.E. ».

(2) : Les trains aptes à circuler à 130 Km/h et 140 Km/h étaient classés dans les catégories respectives « C.130 » et « C.140 » (Lettre C pour « Composition »).

(3) : Voir la rubrique « La connaissance de ligne en 1957.

(4) : 16 minutes au départ d’Alès et 19 minutes à Nozières (Annexe 2 du rapport d’enquête SNCF – Collection Jean-Paul Pignède).

Outres les horaires de passage, d’arrivée et de départ dans les gares, les fascicules Horaires donnent encore bien d’autres renseignements au mécanicien ; notamment la catégorie de son train (express), la locomotive de remorque (141-E), la charge maximale admissible pour réaliser l’horaire (450 tonnes) ainsi que la vitesse à observer lorsque le train est à l’heure (82 Km/h).

 

Nota : Ce document de janvier 1949 ne s’applique pas à la marche de l’express 1115 de septembre 1957.

 

(Document communiqué avec l’aimable autorisation du Président du musée du Cheminot de l’AAATV du dépôt de Nîmes).

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site